Cathy CORTI

64 ans

J’ai habité à Gardanne à diverses périodes de ma vie et j’ai fini par y revenir définitivement en 2012 parce que je n’ai trouvé nulle part le même confort qu’ici. Il y a tout sur place (bus, train, services médicaux, commerces) et c’est important pour moi parce que je ne conduis pas. J’ai travaillé à la Sécurité sociale pendant 5 ans, à Paris, puis je suis devenue assistante maternelle depuis que je suis dans le sud. Je me suis arrêtée à cause de ma santé et pour pouvoir garder mes petits-enfants.

J’ai adhéré au PCF en 1974, à la fête de l’Huma. Auparavant, j’avais soutenu le programme commun, en 1972, j’avais 16 ans à l’époque. Vers 1985-86, je ne trouvais plus ma place.

Puis, je suis revenue parce que, quand je vois ce qui se passe, je pense que mes idées premières étaient les meilleures : la justice, le vivre ensemble, la lutte contre le racisme, l’égalité homme/femme, le travail pour tous.

J’étais aussi syndiquée. Ca m’a permis de m’exprimer, je me sentais comme tout le monde grâce à ça alors qu’on m’a souvent dit que je n’arriverais pas à faire beaucoup de choses parce que j’ai un handicap de naissance. J’ai aussi été déléguée de parents d’élèves quand mes enfants étaient scolarisés. Maintenant, je suis secrétaire d’une association de loisir et de solidarité pour retraités.

Je me retrouve dans les propositions qui sont faites par le collectif et je trouve qu’il y a du travail.

J’ai envie que la ville soit à nouveau vivante parce que j’ai le sentiment qu’elle est en train de s’endormir. Je trouve qu’on parle trop d’insécurité alors que l’impact sur l’emploi des fermetures d’usines me semble un sujet beaucoup plus préoccupant.

Joindre la discussion

1 commentaire
  • j’habite à meyreuil. Lorsque la famille CORTI étaient mes voisins, ils étaient déjà engagés et nous étions ensemble dans l’association FCPE. Cathy m’a remplacé à la présidence. Cela me fait plaisir de les retrouver encore militants.
    Je vous souhaite bonne chance. Amitiés.
    Alain BAGNIS est mon beau frère

Menu

Contact