Jennifer CORTI

38 ans

J’ai passé ma jeunesse à Gardanne et je suis partie quand je suis rentrée dans l’armée puis j’y suis revenue. J’ai travaillé à la gendarmerie puis à France Télécom. Ensuite, j’ai eu une tumeur au cerveau qui m’a interdit tout travail avec un casque. Etant devenue handicapée, j’ai choisi d’être AESH (Accompagnant d’Elève en Situation de Handicap) pour pouvoir me consacrer à l’aide aux personnes handicapées.

J’ai été syndiquée quand je travaillais à France Télécom. Je suis adhérente au PCF depuis l’année dernière mais je baigne dedans depuis l’enfance. Che Guevara, c’est mon modèle ! Le militantisme ne m’a apporté que des bonnes choses. J’y ai découvert la force de repérer l’ignominie des politiques qu’on veut mettre en place actuellement.

Ce que j’aime au collectif, c’est que tout le monde peut s’exprimer. Ce n’est pas que notre parti, la porte, elle est ouverte.

Ca m’a permis de rencontrer d’autres personnes, d’autres avis.

En plus, j’ai le sentiment qu’on peut mettre le handicap au cœur de nos préoccupations. Moi, c’est pour ça que je me bats.

Le handicap ne se voit pas toujours mais il met des personnes en difficulté et on doit chercher à repérer ces difficultés.

Joindre la discussion

Menu

Contact