68 ans

Je suis né à Biver. J’ai fait un apprentissage en serrurerie-chaudronnerie ensuite j’ai passé le permis poids lourd et transport en commun, j’ai fait du transport de marchandises et après j’ai été chauffeur de bus. Je suis entré à la mine en 1977, quand ils ont relancé les embauches. Les premiers temps, quand je remontais et que je me regardais dans la glace, je ne me reconnaissais pas, je me demandais vraiment ce que j’étais allé faire là-bas. Finalement, l’ambiance, la solidarité, le métier auquel j’avais été formé (électromécanicien), je m’y suis attaché. La fermeture de la mine, ça a été un choc, je l’ai très mal vécu.

Je suis syndiqué depuis que je suis entré à la mine.

J’ai toujours voté à gauche mais je ne suis rentré dans le PCF qu’après les dernières municipales, en 2015. Je connaissais Roger Méi depuis mes 14 ans, quand j’étais en apprentissage et qu’il me faisait les cours du soir. Je l’ai toujours estimé donc, quand il m’a demandé d’être sur sa liste, j’ai dit oui. En tant qu’élu, je me suis surtout occupé de Morandat, j’étais délégué à l’histoire de la mine.  Au niveau associatif, je fais partie d’une association de retraités de la mine, elle a été créé par un syndicat de travailleur après la fermeture de la mine pour garder le lien avec les collègues. Depuis, on a décidé d’intégrer d’autres retraités. On organise des soirées, des sorties, des journées festives.

J’ai rejoint le collectif parce que c’est Claude qui porte mes idées.

Je ne me sens pas du tout concerné par les autres. Il n’était pas encore candidat qu’on le pressait pour qu’il se présente. Le fait que le maire désigne un candidat sans concertation, j’ai trouvé ça inacceptable. C’est la démarche qui m’a dérangé plus que le choix de la personne parce que j’ai aucun problème avec lui.

Joindre la discussion

Menu

Contact