Djamel BOULEMNAHER

61 ans

Je suis né à Constantine, en Algérie. Je suis arrivé en France quand j’avais deux ans. Ma famille s’est installée dans l’Isère. Mon père a travaillé dans une usine Péchiney. Plus tard, j’y suis entré aussi. Quand l’usine a fermé, je suis arrivé à Gardanne pour travailler dans le même groupe. Je travaillais comme opérateur : je fabriquais de l’aluminium, maintenant, je fabrique de l’alumine.

Je suis syndiqué depuis que je suis entré dans la vie active.

Pour moi, le syndicalisme, c’est le plaisir d’aider les gens.

Je me suis battu contre la fermeture de l’usine où j’étais, en Isère. On faisait des produits qui servaient à une grande entreprise de construction automobile et ils ont voulu relocaliser la production à Compiègne. Là, le combat pour Altéo, ça va être dur, ils ont des plans de reconversion mais nous, on voudrait garder le même nombre d’emplois. Actuellement, on est 510 salariés et il y en aurait 200 de moins si on acceptait leur projet.

Quand je suis arrivé sur Gardanne, Claude m’a apporté de l’aide.

En plus, c’est la seule personne qui est dans tous les combats à Gardanne.

On le voit aux manifs, à Altéo, à la centrale, il défend l’emploi et puis, son père, c’est un ancien de Péchiney, ça, c’est quelque-chose qu’il n’oublie pas. Je ne regarde même pas les autres candidats. Pour moi, c’est le meilleur, y a pas à hésiter.

Joindre la discussion

Menu

Contact