URBANISME, LOGEMENT, CADRE DE VIE

PRÉSENTATION

L’urbanisme raconte ce que nous sommes, il dessine notre ville et laisse une trace indélébile. L’urbanisme doit être réfléchi et être au cœur des décisions politiques. Il ne peut pas se faire sans la population.

Les Gardannais.es sont attaché.es à leur ville ; ils souhaitent y vivre, fonder une famille et y vieillir sereinement. La commune doit pouvoir adapter son offre de logement aux étapes de la vie mais aussi en fonction de l’évolution de la structure familiale (augmentation de
ménages d’une personne et des familles monoparentales). Ainsi pour garder une démographie dynamique, il faut augmenter le nombre de logements (stabilisation de la population entre 2011 et 2016 mais une augmentation de 310 logements).

Pour vivre ensemble et se sentir bien dans sa ville, le cadre de vie est primordial. Une ville propre, végétalisée, accessible, apaisée. Il est important que Gardanne soit reconnue comme une ville où il fait bon vivre.

LES ENJEUX

• Un cadre de vie où il fait bon vivre.
• Une végétalisation de la ville.
• Un urbanisme construit avec et pour les habitant.es
• Une offre de logements s’adaptant aux gardannais.es et à l’évolution de la vie.
• Des logements de qualité, durables, moins énergivores.

ÉTATS DES LIEUX (Source : INSEE)

LE PLH (PROGRAMME LOCAL DE L’HABITAT)

• C’est un document stratégique de programmation qui inclut l’ensemble de la politique locale de l’habitat : parc public et privé, gestion du parc existant et des constructions nouvelles, populations spécifiques.
• Le parc de logement : 9210 logements en 2011, typologie des logements (16% de T1 / T2, 24% de T3, 60% de T4 et plus.), 47 copropriétés présenteraient des caractéristiques de grandes fragilités.
• La ville de Gardanne est intégrée dans le PLH de la Communauté du Pays d’Aix sur la période 2015 / 2022.
• Nouveau PLH qui devra s’intégrer au PLUi (plan local d’urbanisme intercommunal).

LE PLUI (PLAN LOCAL D’URBANISME INTERCOMMUNAL)

• C’est un document d’urbanisme unique élaboré par les élus métropolitains du territoire du pays d’Aix pour l’ensemble des 36 communes, en lien avec la population.
• Les différentes communes conservent l’application du droit des sols et délivrent les permis de construire.
• La partie élaboration du zonage à l’échelle communale et la réglementation se fera après les municipales.
• 8 objectifs opérationnels : 4 liés à l’environnement, 1 à la proximité, 3 à l’attractivité.

URBANISME : AVEC ET POUR LA POPULATION

• Créer une commission extra-municipale sur l’urbanisme (élus municipaux, représentant conseil de quartier,…) veillant à une information de la population en amont des projets (logement, voirie, espace public).
• Co-construire avec la population les différentes problématiques liées à la construction de logements : stationnement, lieu de vie, accessibilité, esthétisme, etc.
• Sanctuariser au maximum les espaces agricoles et les futures zones à urbaniser et travailler plutôt sur de l’urbanisme circulaire (travailler sur une densification raisonnée = Bâtiment en R+2 voir R+3 en cœur de ville et sur les friches).
• Veiller dans les nouvelles zones à urbaniser, des projets structurants, construits avec la population, permettant de créer du dynamisme économique, social ou culturel.
• Établir un cahier des charges sur les façades dans les anciens et nouveaux logements pour créer une harmonie.
• Imposer aux constructeurs des règles de constructions strictes en matière de performance énergétique des bâtiments : Aller vers des bâtiments passifs ou à énergie positive. (Future réglementation énergétique 2020).

LE CADRE DE VIE

• Créer un service type « Allo mairie » avec des agent.e.s polyvalent.e.s et un engagement de réactivité sous 24 heures.
• Faire des initiatives « Quartiers propres » associant habitants, personnel municipal et élus.
• Faire des campagnes de sensibilisation dans les écoles, sur les panneaux d’affichage de la ville…
• Équiper les lieux de vie (Médiathèque, Notre Dame, Fontvenelle, Cauvet…) de toilettes publiques régulièrement entretenues, de lieux à pique-nique ombragés, d’espaces de jeux (panier de basket, filet de volley…), de bancs, de poubelles, de fleurs…
• Travailler avec les différents conseils de quartier sur des projets de respect et d’embellissement des lieux de vie. Exemple : concours d’embellissement de la ville tel que « balcons et jardins fleuris ».
• Créer une police de l’environnement, chargé de sanctionner les atteintes à l’environnement et à la nature.

LE LOGEMENT : UN DROIT FONDAMENTAL

• Un « permis de louer » a été mis en place à titre expérimental sur la vieille ville de Gardanne. Les propriétaires souhaitant relouer un logement doivent obtenir ce permis. Volonté de généraliser le dispositif à d’autres quartiers pour des logements anciens. Une veille doit être effectuée pour que les changements de locataires soient repérés. Développer le permis à
l’ensemble des typologies de logement (du studio au T5).
• Travailler en partenariat avec les bailleurs sociaux et les associations de locataires à l’élaboration d’une convention pour permettre la réalisation des travaux d’entretien nécessaires.
• Poursuivre la diversification de l’offre de logements (logement social, accession à la propriété…) et sur la typologie des logements : un manque de grands logements T4/T5.
• Réserver un ou deux logements d’urgence pour des femmes victimes de violence conjugale, dans le contingent des logements sociaux de la ville ou auprès d’un bailleur.
• Renforcer l’offre de logements pour étudiants. Expérimenter et accompagner la colocation intergénérationnelle.
• Modifier les règlements de construction (hauteur des bâtiments, esthétisme des façades, stationnement…) afin d’éviter au maximum les conflits de voisinage et garder une certaine continuité urbaine.
• Mieux informer les citoyens sur leurs droits au logement (logement opposable Dalo, par exemple) mais aussi sur les aides gouvernementales (aide à l’isolation, au chauffage…). Le service logement de la ville pourrait être un véritable relai d’information vers les habitants.
• Instaurer une charte de transparence sur les critères d’attribution des logements sociaux et le traitement des demandes (contingent ville).
• Faire un état des lieux des logements vacants (675 logements vacants en 2016 selon l’INSEE) en incitant à leur mise sur le marché.
• Travailler sur le droit de préemption des bâtiments anciens afin de rénover et de créer du logement social.

Menu

Contact